3EME CONGRES ORDINAIRE DU MPP : LES MILITANTS DE COTE D’IVOIRE SATISFAITS

: 10 mars 2020  

Le 3ème Congrès ordinaire du Mouvement du Peuple pour le Progrès (MPP) a vu la participation de délégations étrangères venues de 17 pays d’Amérique, d’Europe et d’Afrique dont la Côte d’Ivoire. A L’aube des élections présidentielle et législatives, les militants du MPP de la diaspora se préparent pour assurer une victoire éclatante au Président Roch Marc Christian Kaboré. L’on a compté parmi les délégations de la diaspora celle de la Côte d’Ivoire. La rédaction de votre site en a profité pour s’entretenir avec le cde Zabré Massémadou, président des jeunes du parti en Côte d’Ivoire. Voici ci-après la substance de cet entretien.

Pour vous, comment s’est déroulé le congrès ?

Zabré Massémadou : Nous sommes au nombre de dix-huit (18) personnes à venir de la Cote d’Ivoire. Le congrès s’est bien déroulé. Nous avons été bien accueillis et les travaux se sont bien passés. Nous n’avons rien à dire. Sur le plan organisationnel ce fut parfait.

Qu’est-ce qui vous a le plus marqué à ce congrès ?

ZM: Ce qui m’a beaucoup marqué, c’est lorsqu’un des responsables a lu le bilan financier et moral. Quand il finissait sa lecture, la salle a explosé d’applaudissements. Ces acclamations prouvent que l’assemblée a adopté ce bilan. Cela veut dire que le bilan est positif. Il n’y a rien à dire. Ce bilan positif est à mettre à l’actif des dirigeants et comme on ne change pas une équipe qui gagne, pour moi il convenait donc de  reconduire la même équipe.

Comment se porte le MPP en Côte d’ivoire ?

ZM : Le MPP se porte bien à présent ; il se porte maintenant à merveille en Côte d’Ivoire. Nous avons traversé des périodes de guerre de leadership. Nous avions eu deux camps. Tous se réclamant du MPP. Cette crise a fait que jusqu’à ce jour, il y a des camarades au Burkina Faso qui pensent que le MPP en côte d’Ivoire souffre de cohésion. C’est vrai ! Mais à ce jour, je puis vous assurer que le MPP se porte bien, l’union, l’entente et la solidarité sont revenues. Nous pouvons rassurer nos premiers responsables que le MPP Côte d’Ivoire est uni et déterminé à relever les défis.

En Côte d’Ivoire, il n’y a pas que le MPP. Il y a d’autres partis tels le CDP et l’UPC. Quelle est la place du MPP parmi les autres partis ?

ZM : En matière politique, on ne peut jamais cesser de mener des actions de sensibilisation et de mobilisation. Je puis vous assurer qu’en Côte d’Ivoire, il n’y a pas un parti qui peut s’égaler au MPP. La preuve, depuis 2014 que le MPP est implanté, j’ai mon site web que j’anime et qui fait la promotion des activités du MPP. Aucun autre parti ne peut tenir tête au MPP en matière de mobilisation et d’activités. Je n’ai jamais vu une activité où on dit que c’est le CDP ou l’UPC qui mène. Je ne connais même pas le président des jeunes du CDP. Celui de l’UPC, c’est cette année que je viens de faire sa connaissance, alors qu’une mission de l’ONU était en activité avec les partis politiques. Les gens pensent que l’ancien Président Blaise Compaoré étant en Côte d’Ivoire, il pourra influencer les élections. C’est archi faux. Nous sommes en Côte d’Ivoire, nous vivons la réalité, et nous pouvons affirmer avec fermeté que le MPP est la force politique en Côte d’Ivoire.

 

Quelles sont les difficultés que vous rencontrez et vos suggestions pour une victoire éclatante au soir du 22 novembre ?

ZM : Je venais de vous dire que le MPP se porte bien. Mais cela ne veut pas dire qu’il n’y a pas de difficultés. En Côte d’Ivoire, les militants ont deux préoccupations. La Première, c’est qu’ils souhaitent avoir des formations politiques. Par exemple nous ne savons pas si nous pouvons être élus députés ou maire en étant à l’étranger. Nous ignorons parfois le fonctionnement de certaines structures de notre parti. Si la direction politique peut envoyer une mission nous former, nous serons vraiment très contents. Ces formations vont nous permettre de pouvoir faire face à certaines difficultés. Je vous disais tantôt que le parti a connu des conflits de leadership. En réalité, c’est parce que les militants ne sont bien formés, et le Président du parti, le camarade Simon Compaoré, lui-même l’a dit : il faut former les militants.

La deuxième préoccupation est liée au manque de moyens matériels pour mener à bien nos activités. Donc nous demandons à la direction politique de songer de à ce côté, pour nous permettre de continuer les actions de sensibilisation et de mobilisation pour les campagnes électorales de novembre prochain.

Enfin, nous suggérons également que les premiers responsables encouragent les militants entrepreneurs. Nous avons des jeunes entrepreneurs avec nous, à commencer par Inoussa Sankara, le premier responsable du MPP Côte d’ivoire. Le parti doit penser à tous ces entrepreneurs.

Votre mot de fin ?

ZM : Je voudrai féliciter et remercier vivement les organisateurs du congrès qui nous ont bien accueillis depuis notre arrivée. C’est la preuve que le MPP est un grand parti. Notre souhait est que la direction politique continue de travailler avec cette même rigueur afin qu’au soir du 22 novembre nous puissions acclamer la victoire de nos candidats aux élections présidentielle et législatives. Nous avons confiance au Président du parti, le camarade Simon Compaoré et nous sommes sûrs qu’il mettra tout en œuvre pour assurer la cohésion, l’unité et la discipline au sein du parti.