Colloque de renforcement des capacités de gouvernance : Le MPP et le PCC partagent leurs expériences

: 1 juillet 2019  

Dans le cadre des relations de coopération qui existent entre le Parti communiste chinois (PCC) et le Mouvement du peuple pour le progrès (MPP), il a été organisé le dimanche 30 juin 2019, un colloque sur le renforcement des capacités de gouvernance. A cette occasion, une délégation du PCC, composée de quatre personnalités, ont partagé l’expérience de la gouvernance de leur parti avec des cadres du MPP. C’était au Centre international de formation politique Kwamé N’Krumah de Ouagadougou.   

 

Comme eau de bienvenu, le Président par intérim du Mouvement du peuple pour le progrès (MPP), le Camarade Simon Compaoré, a offert à ses hôtes chinois un diner à l’hôtel Laïco de Ouagadougou. A cette occasion, Simon Compaoré a prononcé un toast dans lequel il a magnifié « l’amitié et la coopération retrouvées entre le Burkina Faso et la République populaire de Chine, entre les peuples burkinabè et chinois, entre le MPP et le PCC, deux partis politiques de gauche que tout doit naturellement unir ».

A la guidance de cette amitié et de cette coopération qui ne cessent de monter en puissance, se trouvent deux chefs d’Etat, les présidents Roch Marc Christian Kaboré du Burkina Faso et Xi Jinping de la République populaire de Chine. Ils ont œuvré de façon responsable au renouement, en mai 2018, des relations diplomatiques et de coopération entre leurs deux pays.

C’est dans cette dynamique de coopération multidirectionnelle que le Mouvement du peuple pour le progrès (MPP) a noué un partenariat politique fructueux avec le Parti communiste chinois (PCC), à travers lequel ils apprennent l’un de l’autre et vice versa. Selon le Président par intérim Simon Compaoré, son parti qui vient de célébrer ses cinq ans d’existence, « a énormément à apprendre auprès du PCC, bientôt centenaire ».

Admiratif des acquis à l’actif du PCC, en termes de construction de la Chine depuis 70 ans, le MPP compte en tirer une somme d’expériences et de bonnes pratiques, pour mieux affiner son organisation et son fonctionnement aux fins de bien se positionner dans la gouvernance du Burkina Faso, en faveur du bien-être du peuple burkinabè. En se mettant à l’école du PCC, il ne fait aucun doute que le MPP saura bénéficier de ses expériences, « pour impacter positivement la société burkinabè dans la dynamique de la mise en œuvre du programme présidentiel du Chef de l’Etat Roch Marc Christian Kaboré ».

C’est dans cette perspective que s’inscrit et s’apprécie la tenue du colloque, le dimanche 30 juin 2019, sur le renforcement des capacités de gouvernance, à l’endroit des cadres du MPP et la délégation du PCC. Ce colloque a permis aux participants burkinabè et chinois de partager ce qu’ils ont comme expériences dans la gouvernance de leurs partis respectifs. Il intervient après le séjour de travail de Yezhou Guo, vice-ministre du département international du PCC, à la tête d’une délégation de haut niveau, au Burkina Faso, du 6 au 8 mars 2019.

Les travaux du colloque de Ouagadougou, qui se sont déroulés au Centre international de formation politique Kwamé N’ Krumah, étaient axés essentiellement sur des communications suivies de débats sur les thématiques suivantes : « historique de la création du MPP » ; « la vie du parti », animées par des cadres du Mouvement du peuple pour le progrès. La troisième communication, livrée par la délégation chinoise (composée de Xiong Yun, directeur général adjoint de l’Académie de leadership  des exécutives à Pudong, Hu Wanjun, directeur de service du Centre des échanges internationaux du département international du Comité central du PCC, Shu Yan, secrétaire assistant du département international du Comité central du PCC, et Guo Dondong, secrétaire assistant du département international du Comité central du PCC), a porté sur « la pensée politique et diplomatique du président Xi Jinping », « 70 ans de gouvernance du PCC », « les expériences de la politique de réforme et d’ouverture »

A l’issu de leurs travaux, les deux délégations ont élaboré un rapport final qui reprend les grands axes du déroulement et du contenu du colloque et dégage quelques pistes d’une coopération plus fructueuse entre le MPP et le PCC. Pour le Président par intérim du MPP, le camarade Simon Compaoré, « ce colloque a été d’un intérêt, en ce sens qu’il nous a suffisamment armés, en termes d’organisation pour nous permettre de pouvoir surmonter certains écueils et répondre ainsi aux multiples attentes des militants et militantes du MPP ». Et le Président par intérim du MPP d’inviter les cadres bénéficiaires des acquis du colloque « à jouer les relais avec leurs bases dans la transmission des connaissances apprises ».

L’école de formation politique dont s’est doté le MPP, jadis plongée dans une sorte de léthargie, « connait de nos jours un regain d’activités, avec l’appui multiforme du PCC ». Et selon Simon Compaoré, avec la tenue de ce colloque, s’ouvre pour le Centre international de formation politique Kwamé N’ Krumah, de nouvelles perspectives pour une relance sans faille de ses activités, avec l’appui de son partenaire stratégique, le PCC.

Outre le colloque qui a rempli toutes ses promesses, la délégation du PCC, accompagnée par l’Ambassadeur de la République populaire de Chine au Burkina Faso, a été reçue en audience par le Président par intérim du MPP, le camarade Simon Compaoré. Elle a agrémenté son séjour au Burkina Faso, par des visites du Musée national et du Village artisanal. La délégation chinoise quitte Ouagadougou ce lundi 1er juillet 2019, avec la conviction que les résultats de ce colloque serviront au PCC et au MPP à consolider au mieux leurs relations dans divers domaines.