Séminaire politique : Fructueux échanges entre le PCC et le MPP

: 27 septembre 2019  

A l’occasion de la commémoration prochaine du 70è anniversaire de la République populaire de Chine ( 1er Octobre 1949- 1er Octobre 2019), le Parti Communiste Chinois(PCC) et le Mouvement du Peuple pour le Progrès (MPP) renforcent leurs capacités en politiques à travers des échanges fort avantageux et fructueux à travers un séminaire de haut niveau organisé le mardi 24 septembre au Centre internationnal de formation politique Kwamé N’Krumah (CIFP KNM).

Intitulé « séminaire de renforcement de capacités en politique : partage des expériences du PCC et du MPP » ; les partis chinois et burkinabè se sont penchés sur deux thèmes importants. L’historique de la gauche politique Burkinabè et son rôle dans l’avènement du MPP et l’histoire des luttes du Parti communiste Chinois de la création, à la fondation de la République populaire de Chine.

La céremonie d’ouverture de cette rencontre de partage d’expériences a été présidée par le Président par intérim du Mouvement du Peuple pour le Progrès «le cde Simon COMPAORE et l’Ambassadeur de la  République populaire de Chine au Burkina Faso, Son Excellence LI Jian.

Pour ce qui concerne le premier thème, le secrétaire exécutif national du MPP, Lassané SAVADOGO a abordé les dates historiques dans le processus de création, de formation et d’évolution du MPP depuis le 03 janvier 2014 où trois (3) “ténors “ou « fondateurs » du CDP annoncent au Chef de l’Etat Blaise COMPAORE “père spirituel du Parti” leur. La rumeur de cette démission de ceux qu’on baptisera affectueusement les « RSS » pour désigner Roch, Salif et Simon, envahit aussitôt la ville de Ouagadougou et le pays. Effectivement, le lendemain 04 janvier 2014 : c’est la démission annoncée de 75 membres du Bureau Politique du CDP parti au pouvoir créé en 1996.

Les raisons de cette démission collective selon Lassané SAVADOGO resultent d’une part de l’absence de démocratie interne au sein du CDP, et d’autre part de ce que d’aucuns ont appelé « le coup d’Etat » de la FEDABC au sein du parti lors de son congrès en 2012. Par ailleurs l’abandon dans la pratique de la ligne social-démocratie ainsi que la gestion ultra libérale du pouvoir d’Etat surtout au plan économique et social, caractérisée par la “patrimonialisation” du pouvoir et l’accaparement de tous les leviers du pouvoir économique et politique par la “famille présidentielle” font également partie des causes. Enfin le pays était transformé en un “Etat voyou” intervenant dans les affaires des autres pays. Ce sont toutes ces raisons qui ont justifié la démission de nombre de militants du CDP et la création du MPP qui a opté comme ligne politique la social- démocratie.

La deuxième communication a été présentée par l’Ambassadeur de la  République populaire de Chine au Burkina Faso, Son Excellence LI Jian. Celui-ci a rappellé que depuis le rétablissement des relations diplomatiques entre le Burkina et la République populaire de Chine, ipso facto, l’établissement des relations entre le MPP et le PCC qui dirige l’Etat chinois a immédiatement suivi. Le PCC est un  parti de la Majorité, de la classe ouvrière, des paysans et du peuple chinois. Dans l’ exposé de son Excellence, il est ressorti que le PCC a reussi toutes les transformations économiques, sociales et politiques pour faire de la Chine aujourd’hui, la première puissance dans plusieurs domaines. Son Excellence LI Jian a soutenu dans sa communication que sous la bannière d’une idéologie, on peut transformer socialement son peuple.

L’expérience d’adhésion et de militantisme au sein du PCC a été aussi démontrée  aux participants par l’attaché d’ambassade, le jeune WANG Bowei. Il a  largement expliqué la discipline qui caractérise le PCC depuis sa création. Donnant son propre exemple, il a déclaré avoir milité pendant 7 ans en qualité de sympathisant du parti avant d’être nommé comme miltant du PCC après une profession de foi à  servir le parti avec loyauté. Le jeune WANG Bowei a invité ses cammarades du MPP à tirer des expériences des  relations entre le MPP et le PCC.